Geektactics

Guide condensé de rédaction des travaux en sciences humaines



Ce guide condensé se donne comme objectif d'offrir un aperçu général de la démarche à suivre lors de la conception et de la rédaction de vos travaux écrits dans le domaine des sciences humaines. Cet outil doit être combiné et complété par les indications de vos professeurs, ainsi que par les exigences et les règlements inscrits dans les guides de présentation des travaux écrits de votre établissement d'études.

Il est certain que les travaux à réaliser si vous étudiez en histoire présenteront d'autres particularités que celles des dissertations en littératures françaises. Néanmoins, des règles communes s'appliquent. Par exemple, il est toujours important de composer votre travail selon une structure bien réfléchie et cohérente, le développement de vos idées doit être logique et lié à votre problématique, et vous devez porter une attention particulière à la syntaxe et à l'orthographe de votre écriture. Une problématique intéressante et bien présentée est également de mise.


LA STRUCTURE


La structure de votre travail est aussi importante que le contenu que vous y mettez.
Elle permet à votre lecteur de suivre l'évolution de vos idées et de ne pas errer comme dans un labyrinthe. À moins d'écrire un texte de création littéraire, où vous avez une grande liberté quant à la structure, tenez-vous au classique introduction-développement- conclusion.

L'introduction.
Vous connaissez probablement déjà la formule qu'on recommande à l'école pour écrire une introduction et qui se compose de trois parties : le sujet amené, le sujet posé et le sujet divisé. Le but de ces trois étapes est de situer et d'annoncer votre sujet au lecteur. Ainsi, le sujet amené situe votre étude dans un domaine, dans une perspective ou dans un contexte. Pour rédiger cette partie vous pouvez penser aux raisons qui vous ont conduit à vous poser les questions liées à l'objet étudié. Vous pouvez aussi tout simplement présenter le contexte historique de votre sujet.
Le sujet posé représente la problématique de votre travail c'est-à-dire une question complexe que vous avez choisi de traiter et à laquelle vous formulez, dès l'introduction idéalement, une réponse. La problématique peut-être présentée sous forme interrogative ou affirmative. La problématique de votre travail n'est pas nécessairement la première question qui surgit dans votre esprit par rapport à votre sujet. Elle doit être le fruit d'une réflexion approfondie sur la matière que vous abordez. Pour y arriver, il est vivement conseillé de lire environ cinq ouvrages critiques qui ont abordé, de près ou de loin, le sujet de votre étude. Vous pouvez consulter des articles de revues scientifiques, des chapitres de livres (ou des livres entiers si le temps vous le permet), des entrevues données par des personnes compétentes. Ensuite, à partir de vos lectures vous pouvez mieux vous situer par rapport à votre sujet et composer votre problématique. Si vous étudiez un texte de littérature, lisez – le attentivement avant de faire les lectures critiques et notez les éléments qui vous surprennent, qui vous frappent par leur étrangeté et interrogez-vous sur la raison d’être de ces éléments. Ils peuvent contenir une clé de lecture, des indices pour déchiffrer l’œuvre. Notez également la cohérence ou le manque de cohérence de l’œuvre étudiée, ainsi que les écarts par rapport aux normes établies du genre auquel elle appartient. Relevez les contradictions. Elles sont souvent fécondes. Il est important de vous faire une première opinion personnelle du texte avant de lire les interprétations des critiques. Les aspects qui vous marqueront lors de cette première lecture pourront vous être utiles dans le processus de conception de la problématique.
Après avoir énoncé la problématique, vous passez au sujet divisé qui représente l'annonce des parties qui composeront votre développement. Le sujet divisé informe le lecteur sur les aspects que vous allez traiter dans votre travail ou sur les idées que vous exposerez et qui serviront à illustrer votre problématique.

Le développement.
Organisez votre développement en plusieurs paragraphes, chacun présentant une seule idée ou sous-idée. Espacez vos idées et expliquez-les en profondeur. N'énoncez pas une nouvelle idée sans l'expliciter, car cela peut s'avérer frustrant pour votre lecteur. Illustrez vos points par un ou deux exemples pertinents. Vous pouvez soit énoncer votre idée en premier, l'expliquer ensuite et donner l'exemple comme preuve en dernier, soit commencer par l'affirmation de votre idée, l'illustrer par un exemple et finir avec l'explication. Si votre développement comprend plusieurs parties qui présentent chacune une idée distincte, essayez de formuler habilement une phrase conclusion à la fin de chaque partie. Dans cette phrase vous résumez le point que vous venez d'exposer dans la section. Cette manière de procéder peut donner un aspect très scolaire à votre travail, mais elle a comme avantage de diriger votre lecteur en lui rappelant les points principaux de votre raisonnement. Après cette phrase de mini-conclusion, entamez un nouveau paragraphe. Les professeurs préfèrent les paragraphes qui ne dépassent pas une demi- page, car cela permet à l’œil de se reposer.
N’oubliez pas que la présentation visuelle de votre travail est aussi importante que le contenu. Si le contenu de votre travail n’est pas accessible de manière plaisante pour le lecteur, ce dernier sera incommodé à la lecture et votre note baissera. Il faut donner l'impression qu'un fil conducteur dirige votre texte.

Conseil :
Lors de la conception du plan ou même avant, lors du processus de réflexion sur le sujet qu’on aborde, il est indiqué d’essayer de réfuter sa propre idée afin de vérifier sa pertinence et sa validité.

La conclusion.
Cette dernière étape doit nécessairement contenir un résumé et un rappel des grandes lignes de votre travail. Relisez-vous attentivement et patiemment avant de la rédiger. Ensuite, formulez-la en gardant à l'esprit les idées principales et présentez le résultat de votre recherche sur le sujet, c'est-à-dire la conclusion à laquelle vous êtes arrivé(e)s au bout de votre travail. Idéalement, vous rédigez dans votre conclusion une ouverture en posant une question sur la suite du phénomène étudié ou en vous interrogeant sur un aspect qui n’a pas été abordé dans le devoir. La conclusion est aussi importante que l’introduction, alors essayez de lui accorder le temps nécessaire et ne l’écrivez pas à la hâte.

Conseils pour la recherche qui précède la composition de votre travail :
Comment savoir si un ouvrage critique peut vous être utile sans le parcourir en entier? Il faut tout simplement consulter la table des matières et l’index de l’ouvrage. Ainsi, vous pouvez faire un tri rapide des travaux critiques qui peuvent vous être utiles sans avoir à emprunter 20 livres d’un coup à la bibliothèque.
Si vous rencontrez dans les ouvrages critiques consultés des idées avec lesquelles vous êtes en désaccord, n’hésitez pas à les présenter dans votre travail pour ensuite les réfuter. Ne le faites pas à tous coups, mais, employée au bon moment, cette méthode peut s’avérer très utile, car elle apporte des nuances et de la richesse à votre travail. Elle permet également au professeur de voir que vous avez effectué une recherche diversifiée et que vous avez pris en considération les aspects contradictoires de votre sujet.


PRÉSENTATION MATÉRIELLE DES TRAVAUX


En ce qui concerne la présentation matérielle de votre travail vous devez vous référer en premier à votre professeur qui vous donnera des indications quant au nombre de pages, à la taille de l'interligne et à la police des caractères. Le plus souvent les travaux sont demandés à double interligne ou à interligne et demi (jamais simple sauf pour la bibliographie) écrits avec la police de caractères Times New Roman ou Arial d'une taille de 12 points. De l'information additionnelle et très utile pour la rédaction de vos travaux se trouve habituellement sur le site internet de votre établissement ou du département de votre programme. N'hésitez-pas à vous y référer! Une bibliographie est normalement exigée à la fin de vos travaux. Vous devez y présenter les ouvrages réellement consultés. Il y a plusieurs façons de le faire et il faut se tenir aux mêmes règles pour la même bibliographie. Voici quelques exemples de notices bibliographiques qui varient selon le type de document.

Pour un volume :


NOM, Prénom. Titre en italique, informations sur la mise à jour et/ou la préparation de la présente édition, Ville d’édition, Éditeur, coll. « Nom de la collection », année de publication, nombre de volumes s’il y a lieu ou nombre de pages si un seul volume. Pour un texte tiré d'un recueil ou d'un ouvrage collectif ou pour un chapitre d'une NOM, Prénom. « Titre du texte entre guillemets », Titre de l’ouvrage en italique, informations et mentions spéciales concernant la présente édition, Ville d’édition, Éditeur, coll. « Nom de la collection », année de publication, nombre de volumes s’il y a lieu, pages du texte.

Pour un article de revue :


NOM, Prénom. « Titre de l’article entre guillemets », Titre de la revue en italique, volume et/ou no de la revue, saison ou mois, année de publication, pages de l’article.

Pour les documents sur le WEB :


Auteur. (année). Titre du document [Format, si nécessaire]. Repéré à URL Si vous désirez avoir de l'information supplémentaire sur la présentation de la bibliographie et sur les différents styles bibliographiques vous pouvez vous référer à la page web des bibliothèques de l'Université de Montréal à l'adresse : http://www.bib.umontreal.ca/LGB/

D'autres liens utiles :


Conseils et outils pour la rédaction des travaux universitaires:

http://aix1.uottawa.ca/~fgingras/metho/guide-fr.html https://www.bibl.ulaval.ca/infosphere/sciences/choisirsourcesmethodologie.html

Références pour un bon usage de la langue française :


ATILF, CNRS ET UNIVERSITÉ DE LORRAINE, Le trésor de la langue française informatisé, [En ligne], [http://atilf.atilf.fr/] OFFICE QUÉBÉCOIS DE LA LANGUE FRANÇAISE, Banque de dépannage linguistique, [En ligne], http://www.oqlf.gouv.qc.ca/ressources/bdl.html

Guide pratique de l'étudiant en littératures de langue française de l'UdeM :


http://littfra.umontreal.ca/fileadmin/Documents/FAS/Litterature_Francaise/Documents/3- Ressources-services/Ressources-formulaires/1Guide-de-l-etudiant-final_BM.pdf

Bon travail!


Document préparé par Laura Beloiu, étudiante à la Maîtrise en Littérature à l'Université de Montréal, pour la plateforme de tutorat Geektactics.1

Contact:


geektactics.ca